Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

La république des lettres

Lettres, livres & littérature

Partager

Review of "A Brief Take on the Australian Novel"

La république des lettres —
Review of "A Brief Take on the Australian Novel"

While I was researching Australian fiction, people started asking me what they should read. This is a tricky question because you need to provide an answer while carefully avoiding establishing a canon. bearing in mind that any recommendation would reflect my own tastes, I tried to conceive a neutral space like a giant table on which would lie any appealing Australiana-packed novel, for avid readers to make their own choices.

For much of its history, novel writing in Australia has been seen as on offshoot of, or even one and the same as, the English novel. But, just as the nation has moved further and further way from being British, so too has the novel, shaped by the writers who call the country home. A Brief Take on the Australian Novel offers a survey of these writers and of the evolution of the Australian novel from colonial times to the present, including the influence of global trends, shifting social and political landscapes, the role of immigrants, minorities and Aindigenous writers, and more.

Written in accessible language and with discussion of what Vernay considers key texts and authors, chapters are broken by ‘Inserts’ win the form of whole page text boxes exploring individual texts, significant authors and more. This comprehensive overview does not claim to be all-encompassing or indisputable, instead being the ‘take’ of Vernay, a self-described outsider, who grew up in New Caledonia with a French father and Australian mother, but who has spent 20 years researching Australian fiction.

Suitable for any one with a love of or interest in Australian literature.

Source: Sally Murphy, Aussie Reviews, 11 August 2016.

Lire la suite

Call for Papers: The First Wave: Exploring Early Coastal Contact History in Australia

La république des lettres —
Call for Papers:  The First Wave: Exploring Early Coastal Contact History in Australia

Call for Papers: Proposed edited book

The First Wave: Exploring Early Coastal Contact History in Australia

Editors: Gillian Dooley and Danielle Clode, Flinders University, South Australia

The European maritime explorers who first visited the bays and beaches of Australia brought with them a wide range of assumptions about the inhabitants of the country, most of them based on sketchy or non-existent knowledge, contemporary theories like the idea of the noble savage, and an automatic belief of the superiority of European civilisation. Mutual misunderstanding was almost universal, whether it resulted in violence or apparently friendly transactions.

Gillian Dooley and Danielle Clode, the editors of this collection, invite contributions of original research and creative work on the dynamics of these early encounters, from all perspectives. We are particularly interested in the ways these visitations have survived in cultural memory; oral, written or remembered in dance, song or art.

We intentionally limit the scope to (1) explorers rather than settlers, (2) encounters on the coast of Australia; although other situations could be included for comparative purposes.

We welcome contributions from historians, anthropologists, archaeologists, literary and cultural scholars, linguists, art historians, creative writers and others with an informed interest in the topic.

Themes to be discussed might include (but are not limited to):

  • contemporary European ideas about Aboriginal peoples and cultures
  • particular incidents in the early exploration contact history
  • interpretations or reinterpretations of Aboriginal responses to European explorers
  • cultural or other differences between Aboriginal peoples encountered
  • cultural or other differences between the European cultures represented by the various explorers (across time, country of origin, class etc.)
  • the importance and role of interpreters (such as Bungaree) who travelled with the explorers

The editors are in touch with several Australian publishers and have received initial expressions of interest in the project.

Please send expressions of interest, with a 250 word abstract, to Gillian.dooley@flinders.edu.au by 30 September 2016. Final chapters of 6000-9000 words due by 30 June 2017. All contributions will be peer reviewed.

Lire la suite

Paper for the AULLA Conference 2016 paper. "The Seduction of Fiction: A Psychological Approach to Fiction

La république des lettres —
Paper for the AULLA Conference 2016 paper. "The Seduction of Fiction: A Psychological Approach to Fiction

Love & the Word - AULLA Conference 2016

Hosted by Victoria University, the Australasian Universities Languages & Literature Association Conference will be held in Melbourne, Australia from 7th-9th December 2016.

Title: The Seduction of Fiction: A Psychological Approach to Fiction.

For non-professional readers, fiction largely follows the impulses of the heart when it comes to selecting a book, being immersed in its reading and judging its content. Professional readers (i.e. those under an obligation to read, whether in an institutional or professional context) seem to act differently, or at least to overlook the importance of the seduction scene between readers and fiction. Even if the scientific approach to the humanities partakes of a need to objectify the assessment criteria within the educational sector, turning critical practices into some form of science will surely not help reinstate the place and value of emotions in relation to reading. The challenge is therefore to solve the paradox which aims at acknowledging and reinstating the subjectivity of reading practices by taking into account the plasticity of interpretation and its emotional aspects within secondary and tertiary education, systems that for the most part still require objective analyses. My paper will therefore explore the various forms of attachment and emotions that come into play when choosing, purchasing, reading and interpreting fiction by contrasting the different responses from non-professional and professional readers. Ultimately, my argumentation will reveal the strange paradox which affects literature in educational context.

Bionote

Jean-François Vernay is a bilingual teacher and a writer of nonfiction as well as fiction. A Guest Editor for Cercles: Revue pluridisciplinaire du monde anglophone (France) and for Antipodes: A Global Journal of Australian/New Zealand Literature (USA), Vernay is the author of Water from the Moon: Illusion and Reality in the Works of Australian Novelist Christopher Koch (New-York: Cambria Press, 2007), and two other literary monographs published in Paris, whose translations were released in 2016 as A Brief Take on the Australian Novel (Adelaide: Wakefield Press) and The Seduction of Fiction: A Plea for Putting Emotions Back into Literary Interpretation (New York: Palgrave Macmillan), as part of the Palgrave Studies in Affect Theory and Literary Criticism Series.

Lire la suite

2016 AUSTRALIA TOUR FEEDBACK / Bilan de ma tournée australienne 2016

La république des lettres —
2016 AUSTRALIA TOUR FEEDBACK / Bilan de ma tournée australienne 2016

Bonjour,


C'est avec grand plaisir que j'ai pu échanger avec Jean-Christophe Rufin et Marie Darieussecq dans le cadre d'une invitation au Festival des écrivains de Sydney qui s'est déroulé du 16 au 22 mai. L'honneur était d'autant plus grand que j'étais le seul auteur à défendre les couleurs de la Nouvelle-Calédonie. Nous étions tous choisis pour avoir de nombreux ouvrages disponibles en anglais, même si le public francophile des Alliances françaises faisait souvent le choix d'acheter les éditions françaises de nos livres.

Ma conférence sur le regard francophone que je porte sur le roman australien, prononcée en anglais le jeudi 19 mai devant un auditoire de plus de 150 personnes a suscité de nombreuses questions très pertinentes.


Le lendemain, une présentation avec Marie Darieussecq et Nicolas Fargues (photo supra et ci-contre) avait regroupé près d'une centaine d'amateurs de littérature dans les locaux de l'Alliance française de Sydney, sous le haut patronage de son directeur Jean-Baptiste Milcamps. Les échanges féconds avec le public ont été modérés avec beaucoup de finesse par Eric Soulier, Conseiller de coopération et d'action culturelle à l'Ambassade de France en Australie, et furent suivis d'une séance où les auteurs se consacrèrent à la dédicace de leurs ouvrages.

En fin de séjour, j'en ai profité pour lancer mon nouveau livre à l'Université d'Adélaïde sous l'égide de l'Alliance française dirigée par Jean-Christophe Trentinella. A Brief Take on the Australian Novel (Adelaide : Wakefield Press, 2016) est une édition augmentée de Panorama du roman australien des origines à nos jours (Paris, Hermann, 2009).

Je tiens à exprimer toute ma gratitude à l'Ambassade de France, à Monsieur le Consul général de France Nicolas Croizer, au programme CREATIVE FRANCE, aux Alliances françaises ainsi qu'à la directrice artistique du Festival des écrivains de Sydney pour leurs généreuses invitations et leur soutien à la francophonie.

My heartfelt thanks go to Jemma Birrell for making me a guest at the SWF, a unique opportunity to meet writers from all over the world, high profile ones included.

I would like to extend my gratitude to the French Embassy, and in particular to the Consul General of France Nicolas Croizer, to Eric Soulier and Emmanuelle Denavit-Feller for organising this 2016 Australia Tour and to the Sydney and Adelaide Directors of the Alliance française for their enthusiastic participation.

Jean-François Vernay

Photo: de gauche à droite: Emmanuelle Denavit-Feller, Jean-François Vernay, Eric Soulier, Marie Darieussecq, Nicolas Fargues et Jean-Baptiste Milcamps.

Photo: de gauche à droite: Emmanuelle Denavit-Feller, Jean-François Vernay, Eric Soulier, Marie Darieussecq, Nicolas Fargues et Jean-Baptiste Milcamps.

Lire la suite

CRITIQUE : Serge Tisseron, Le jour où mon robot m’aimera. Vers l’empathie artificielle. Albin Michel, 2015

La république des lettres —
CRITIQUE : Serge Tisseron, Le jour où mon robot m’aimera. Vers l’empathie artificielle. Albin Michel, 2015

Les hommes sont des machines désirantes, on le sait, notamment depuis Deleuze et Guattari. Les machines, quant à elles, sont modelées sur les désirs humains. On le sait moins, mais les plus curieux auront l’occasion de le découvrir à la lecture du dernier Tisseron, Le jour où mon robot m’aimera. A l’heure où les expositions sur les robots fleurissent un peu partout en France (à Paris, Lyon, Pau, etc.), d’aucuns s’interrogent sur la frontière, entre l’homme et la machine, le vivant et l’artificiel, frontière que les technologies de pointe ont rendue de plus en plus poreuse.

Les industriels, les artistes et les réalisateurs d’une inventivité débordante forcent le trait du rapprochement entre les deux espèces. Her de Spike Jonze imagine la relation sentimentale entre Theodore Twombly et Samantha, la voix féminine d’une intelligence artificielle ; le PDG du groupe Softbank déclare triomphalement lors du lancement de leur robot dernier cri baptisé Pepper : « Pour la première fois dans l’histoire de la robotique, nous présentons un robot avec un coeur » (11), le cultissime Isaac Asimov énonce dans Runaround (1942) trois lois garantes d’une parfaite cohabitation entre les humains et les robots : 1) Un robot ne peut porter atteinte à un être humain, ni, en restant passif, permettre qu'un être humain soit exposé au danger. 2) Un robot doit obéir aux ordres qui lui sont donnés par un être humain, sauf si de tels ordres entrent en conflit avec la première loi. 3) Un robot doit protéger son existence tant que cette protection n'entre pas en conflit avec la première ou la deuxième loi.[Note 1] La course est engagée et l’intelligence artificielle gagne du terrain. Si elle n’est pas encore en mesure de façonner la conscience de soi ou la subjectivité, a-t-elle déjà créé l’empathie artificielle ? Peut-on même qualifier l’empathie d’artificielle ?

Serge Tisseron, psychiatre et psychanalyste, soutient que l’empathie « implique aussi une dimension de réciprocité : j’accepte que l’autre se mette à ma place, ce qui suppose que je lui fait confiance. Et j’accepte qu’il m’éclaire sur des aspects de moi-même que j’ignore ». [Note 2] Mutatis mutandis, on pourrait reprendre cette notion de réciprocité ainsi : « J’accepte que le robot ou le personnage de roman se mette à ma place, ce qui suppose que je lui fait confiance. Et j’accepte qu’il m’éclaire sur des aspects de moi-même que j’ignore ». On le voit bien, la formulation de la première partie de la proposition conduit à une aporie, car comment penser qu’un objet dénué de subjectivité (dans le cas du robot) ou même d’existence (tel un personnage de fiction) puisse se mettre à ma place ?

La définition de l’empathie qui divise les chercheurs de tous bords est quelque peu problématique pour deux raisons essentielles, me semble t-il. D’une part, la frontière entre cette émotion et d’autres notions comme la compassion, la théorie de l’esprit, l’adoption du point de vue d’autrui, ainsi que la contagion émotionnelle est très ténue. D’autre part, chaque discipline envisage et circonscrit l’empathie à travers son propre prisme, ce qui conduit à une pluralité d’acceptions au sein desquelles chaque discipline met l’accent sur ses propres enjeux.

Véritable « feuilleté de concepts » selon la formule de Serge Tisseron (23), l’empathie se déclinerait en aspects, degrés, voire en stades et fonctionnerait donc selon deux processus cognitifs de base que Monique Desault prend soin de rappeler dans sa thèse : la résonance émotionnelle qui repose sur le mécanisme des neurones miroirs, alias les « neurones empathiques », découverts par l’équipe de Giacomo Rizzolatti dans les années 1990 ; puis « l’inférence émotionnelle qui permet de se représenter l’émotion d’autrui en mobilisant une capacité à se représenter comme distinct de l’autre » [Note 3]. Au coeur de la relation intersubjective, la capacité d’empathie, variable d’un individu à l’autre, oscillerait entre confirmation de soi dans l’autre et confrontation de l’autre à soi.

Dans le premier chapitre, Serge Tisseron distingue quant à lui « l’empathie directe » (nantie de trois composantes : l’empathie émotionnelle plus connue sous le nom de contagion émotionnelle, l’empathie cognitive et la capacité de changer de perspective émotionnelle) de « l’empathie morale». Elle « correspond à la décision de nous orienter vers une utilisation de notre empathie émotionnelle et cognitive dans celui d’un bien vivre-ensemble plutôt que dans celui d’une manipulation permanente de notre entourage » (33). Surnommée empathie de l’altruisme, cette émotion se compose de trois éléments qui doivent tous opérer sur le mode de la réciprocité : « l’estime de soi », « la faculté que je m’accorde d’aimer et d’être aimé » et « l’ensemble des droits citoyens » (33-4).

La générosité va donc physiologiquement et neurobiologiquement de soi puisque, à en croire les scientifiques, elle solliciterait les mêmes aires du cerveau que le plaisir. Non seulement les comportements sociaux altruistes sont récompensés par une sensation hédonique, mais ils sont par ailleurs orientés puisque la stratégie évolutionniste du donnant-donnant privilégierait la solidarité mutuelle grâce à l’empathie morale. Si toutefois l’intelligence artificielle parvenait à recréer l’empathie telle qu’elle est éprouvée par les humains, les robots seraient-ils tous portés à l’altruisme ? A ce moment-là, pourquoi les récits et films de science-fiction en font-ils des machines rebelles et tueuses ? S’agit-il du fameux « complexe de Frankenstein » [Note 4] identifié par Asimov? Ou est-ce parce que l’impact positif de l’empathie sur l’environnement social est tributaire de l’utilisation qui est en faite? En effet, bipolarité oblige (bienveillance/ malveillance), l’empathie pourrait être récupérée à des fins moins vertueuses telle la manipulation : « ces machines conçue pour être capables de s’adapter au moindre de nos désirs auront des pouvoirs de séduction, et donc de manipulation, sans précédent » (13)

Les recherches qui explore l’empathie homme-machine vont bon train et « portent sur trois domaines : mieux comprendre les émotions humaines, fabriquer les robots mieux acceptés par la majorité de la population, et, dans certaines circonstances, réduire la complexité des échanges de façon à les adapter aux handicaps de leurs interlocuteurs » (17), à l’instar du robot MOTI pour les enfants qui souffrent d’autisme. C’est parce que certains soldats développent une forme d’attachement pour leur robot que Serge Tisseron associe cette dernière à des occurrences d’empathie homme-machine et prépare « un test d’empathie mesurant ce risque d’attachement et ses conséquences » (44). Il en découle que toute dynamique psychoaffective d’attachement, besoin social primaire évident, sous-tendrait automatiquement au préalable un processus d’empathie. Au fil des chapitres, l’auteur finit par mettre habilement le doigt sur le noeud du problème qui se pose. Ce dernier est « moins celui de savoir si le robot aura un jour une “vrai intelligence” ou des “vraies émotions” que celui de comprendre pourquoi nous serons si facilement enclins à lui en attribuer. L’une des réponses se trouve à mon avis dans le caractère difficile et décevant, pour beaucoup d’entre nous, des relations avec nos semblables » (65).

Et de toute évidence « le risque est que l’homme finisse par attendre de ses semblables qu’ils se comportent comme des robots » (71). L’autre dérive serait la tendance de l’homme à anthropomorphiser sa relation aux robots, surtout s’ils sont « appelés à devenir des partenaires de vie » (119). C’est un peu ce que fait l’auteur de ce livre lorsqu’il décline les quatre fonctions des robots. Serge Tisseron n’emploie pas des mots neutres comme les fonctions de servitude, de repère, de complicité et de partenariat, il parle de fonctions d’esclave, de témoin, de complice et de partenaire ! Serait-ce une manifestation de « Cet obscur désir qui nous attache aux objets » ? Ces fonctions correspondraient trait pour trait aux quatre désirs fondamentaux chez l’être humain (emprise, réciprocité, autonomie et servitude) illustrés par un diagramme synoptique (119), fonctions qui « rendent également compte des rôles que nous pouvons vouloir imposer à nos semblables » (120). Ces fonctions s’observent davantage au singulier (isolées) qu’au pluriel (combinées) car « Les objets qui nous entourent aujourd’hui ont peu de plasticité dans les changements possibles de rôles » (129), mais nous pouvons compter sur la culture numérique pour faire le lit des objets multifonctions, pour ne pas dire multi-identitaires.

« La fascination que les robots exercent sur nous trouve son origine dans notre désir de réunir trois domaines que l’homme a toujours été obligé d’aborder et de résoudre séparément : communiquer en utilisant ses cinq sens et les interfaces mimo-gestuelles dont la nature l’a pourvu ; contrôler totalement un objet au point de lui confier tout ou partie de lui-même en toute sécurité; et voir devant lui les personnages qui peuplent son monde intérieur. Avant le développement des technologies numériques, ces trois désirs étaient satisfaits dans trois domaines distincts. [...] Or ce sont ces trois domaines, et les désirs qui y sont associés, que les robots vont réunir sur eux » (179-80). La nouvelle mutation est en marche : « Les robots seront en effet à la fois et inséparablement un alter ego, un simple objet et une image » (182).

Le slogan du projet Feelix-croissance « Emotional robot has empathy n’est pas seulement un mensonge, » nous dit-on en guise de conclusion, « c’est un poison qui pousse à la confusion entre l’homme et la machine, et qui risque de nous faire oublier qu’un robot “empathique” pourra être en même temps un espion invisible et permanent de tous les faits et gestes de son propriétaire » (161). Big brother is watching you ! La réalité est en passe de dépasser la fiction dystopique et ce n’est sans doute qu’une question de temps. Autant faire preuve d’anticipation, mais pas dans l’écriture cette fois-ci.

Note 1: L’auteur y fait référence. Voir Le jour où mon robot m’aimera. Vers l’empathie artificielle, 123-4

Note 2 : S. Tisseron in C. Chartier, « Le goût des autres », L’express, 29 septembre 2010, 63. Il reprend ce postulat dans Le jour où mon robot m’aimera, déclarant que « l’empathie doit inclure la dimension de la réciprocité » (33)

Note 3 : M. Desault, Le rôle de la littérature et de la philosophie pour enfants dans l’éducation aux valeurs. Quels gestes professionnels ? L’exemple de l’anneau de Gygès au cycle 3 de l’école primaire. Thése de doctorat, Education, Montpellier : Université Paul Valéry, 2011, 100. URL : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00674696/document, consulté le 06 septembre 2015.

Note 4 : Tendance à envisager les machines comme mortellement dangereuses. I. Asimov, Les Robots, trad. P. Billon, rév. par P.-P. Durastanti (France : J'ai lu, 2012),15.

Lire la suite

Call for submissions: ab-Original: Journal of Indigenous Studies and First Nations’ and First Peoples’ Cultures

La république des lettres —
Call for submissions: ab-Original: Journal of Indigenous Studies and First Nations’ and First Peoples’ Cultures

It is an honour and a pleasure to be a member of the Editorial Advisory Board of ab-Original: Journal of Indigenous Studies and First Nations’ and First Peoples’ Cultures.

ab-Original: Journal of Indigenous Studies and First Nations' and First Peoples' Culturesis a journal devoted to issues of indigeneity in the new millennium. It is a multi-disciplinary journal embracing themes such as art, history, literature, politics, linguistics, health sciences and law. It is a portal for new knowledge and contemporary debate whose audience is not only that of academics and students but professionals involved in shaping policies with regard to concern relating to indigenous peoples.

We are now seeking high quality material for the first few editions of ab-Original. If you have a suitable article prepared we would be keen to receive it as soon as possible. The time frame for the first edition is very tight – we have a target publication date of mid-February 2017. Content for the edition will need to be finalised, including through peer review, by early October.

Alternatively, you may know colleagues who could provide something suitable and at standard, and would be grateful for your recommendations to them on this.

I have attached a promotional flyer for the journal to this post. I would be grateful if you would disseminate amongst your networks and encourage the institutions you are affiliated with to subscribe.

Lire la suite

Three contemporary pacific art exhibitions open at NGV

La république des lettres —
Three contemporary pacific art exhibitions open at NGV

Three simultaneous exhibitions showcasing contemporary art from the Pacific open to the public tomorrow Friday 10 June. The public are invited to celebrate the opening of these exhibitions at NGV’s inaugural Contemporary Pacific Art and Community Day on Saturday 11 June, including dance and choir performances, artist talks and workshops.

Renowned Samoan-born contemporary artist, Greg Semu, unveils a solo exhibition of powerful photographic works, The Raft of the Tagata Pasifika (People of the Pacific). Working with a cast of twenty-two indigenous actors from the Cook Islands, Semu restages two iconic European history paintings and displays his epic photographic works on large-scale light boxes.

Using twenty-first century digital technologies to animate a nineteenth-century French neo-classical wallpaper, Lisa Reihana’s live-action video work, in Pursuit of Venus, powerfully challenges the exotic representations of Pacific Islander peoples found in colonial European art.

Siu i Moana: Reaching Across the Ocean comprises eight recently-painted and large-scale ngatu (Tongan barkcloth paintings), the largest of which spans a monumental twenty four metres in length. The ngatu have been produced by the artists in collaboration with the women of Haveluloto village on Tongatapu Island, Tonga. In accordance with local custom, the Tongan women have prepared the inner bark of the paper mulberry tree into huge sheets of dyed and patterned paper skin ready to be painted. Traditionally, these paintings depict local stories and folklore and these contemporary iterations expand into powerful and moving present-day stories of migration and patterns of connection across Oceania and beyond.

Lire la suite

Critique: Pierre-Louis Patoine, Corps/texte. Pour une théorie de la lecture empathique. Cooper, Danielewski, Frey, Palahniuk

La république des lettres —
Critique: Pierre-Louis Patoine, Corps/texte. Pour une théorie de la lecture empathique. Cooper, Danielewski, Frey, Palahniuk

Bonjour,

Je vous signale la parution de ma recension de :

Pierre-Louis Patoine, Corps/texte. Pour une théorie de la lecture empathique. Cooper, Danielewski, Frey, Palahniuk, Lyon, ENS Éditions, coll. « Signes », 2015, 280 p.

Référence papier
Jean-François Vernay, « Pierre-Louis Patoine, Corps/texte. Pour une théorie de la lecture empathique. Cooper, Danielewski, Frey, Palahniuk », Lidil, 53 | 2016, 206-209.


Référence électronique
Jean-François Vernay, « Pierre-Louis Patoine, Corps/texte. Pour une théorie de la lecture empathique. Cooper, Danielewski, Frey, Palahniuk », Lidil [En ligne], 53 | 2016, mis en ligne le 30 novembre 2017, consulté le 09 juin 2016. URL : http://lidil.revues.org/4012

Bonne lecture, JFV

Extrait:

Suite à la valorisation des émotions qui s’appuie notamment sur les thèses neuroscientifiques d’Antonio Damasio, il a fallu attendre près de deux décennies afin que de nouvelles approches didactiques soient pensées pour intégrer cette révolution. Depuis 2013, du côté de la didactique française, on compte l’approche psycholittéraire que j’évoque dans Plaidoyer pour un renouveau de l’émotion en littérature (Paris, Complicités, 2013), l’investigation philosophique de Jean-Marie Shaeffer dans L’expérience esthétique (Paris, Gallimard, 2015) et la récente monographie de Pierre-Louis Patoine, Corps/texte. Pour une théorie de la lecture empathique. Cooper, Danielewski, Frey, Palahniuk (Lyon, ENS Éditions, 2015), un ouvrage qui alterne théorie et pratique au travers des œuvres de quatre auteurs de la littérature américaine contemporaine : Denis Cooper (né en 1953), Mark Danielewski (né en 1966), James Frey (né en 1969) et Chuck Palahniuk (né en 1962).

Lire la suite

Parution LIDIL: Revue de linguistique et de didactique des langues

La république des lettres —
Parution LIDIL: Revue de linguistique et de didactique des langues

53 | 2016 Phraséologie et genres de discours

Patrons, motifs, routines

Sous la direction de Frédérique Sitri et Agnès Tutin

220 p. - 16 €

ISBN 978-2-84310-326-1

Depuis quelques années, un certain nombre de travaux en linguistique s’intéressent à des séquences préfabriquées, sortes de « prêts à écrire », qui sur le plan formel constituent des objets phraséologiques plus larges que les expressions figées classiques et qui sur le plan fonctionnel peuvent être mises en relation avec les caractéristiques du genre discursif dans lequel elles apparaissent. L’objectif du volume est double. Il vise d’un côté à revenir sur les méthodes propres à mettre en évidence de telles séquences dans les corpus — en exploitant les ressources de l’outillage informatique — et d’autre part à creuser la relation que ces routines entretiennent avec les genres dans lesquelles elles apparaissent.

L’ouvrage comprend 6 contributions, qui viennent de la terminologie, de l’analyse du discours, de la stylistique, de la phraséologie et croisent le plus souvent l’expertise dans ces disciplines avec celle de spécialistes de la linguistique de corpus et du TAL (Traitement automatique des langues). Elles portent sur des genres relevant de la sphère politique (vœux présidentiels), professionnelle (comptes rendus de bilan orthophonique, rapports éducatifs, articles scientifiques) ou littéraire (roman policier ou de science fiction, roman sentimental). Elles témoignent de la vitalité de ce champ de recherche encore émergent.

REMERCIEMENTS
Ont été sollicités pour évaluer les articles de ce numéro thématique :
Catherine Bolly, Cristelle Cavalla, Thierry Charnois, Bertrand Daunay, Pierre Fiala, Francis Grossmann, Alice Krieg-Planque, Dominique Legallois, Dominique Longree, Damon Mayaffre, Sylvie Mellet, Agnès Millet, Iva Novakova, Jean-Christophe Pellat, Christian Surcouf, Marie Veniard.

Et pour la rubrique Varia :
Catherine Boré, Catherine Carras, Gregory Furmaniak, Daniel Gaonac’h, Paul Larreya, Véronique Paolacci, Carl Vetters.

Lire la suite

Le roman peut-il nous rendre meilleurs ? de Jean-Baptiste Mathieu

La république des lettres —

Tant sur les bords orientaux qu'occidentaux de l'Atlantique (nord), la question de la valeur, ou de l'intérêt, de la littérature — et, corrélativement, de sa lecture et de son étude — est dans l'air. De ce côté-ci du grand océan, un professeur nouvellement élu au Collège de France intitule sa leçon inaugurale La Littérature, pour quoi faire ? (il s'agit bien entendu d'Antoine Compagnon)1 ; un cofondateur de Poétique, dans un essai intitulé La Littérature en péril, juge sévèrement l'orientation formaliste de l'enseignement des lettres au lycée et son oubli de la dimension existentielle de la littérature (on aura reconnu Tzvetan Todorov — dont l'œuvre a depuis fort longtemps pris ses distances avec le formalisme)2. De l'autre côté du grand océan, une philosophe de premier plan (Martha Nussbaum) consacre tout ou partie de trois livres importants, Love's Knowledge, Cultivating Humanity et Upheavals of Thought, à la contribution morale de la littérature3. On aura garde d'omettre, pour finir, la merveilleuse histoire morale du roman d'un grand navigateur transatlantique (Thomas Pavel), intitulée La Pensée du roman4.

Lire la suite