Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La république des lettres

Lettres, livres & littérature

Partager

Nouvelle parution: Jean-François VERNAY "Plaidoyer pour un renouveau de l’émotion en littérature"

La république des lettres —
Nouvelle parution: Jean-François VERNAY "Plaidoyer pour un renouveau de l’émotion en littérature"

Jean-François VERNAY Plaidoyer pour un renouveau de l’émotion en littérature

Paris : Complicités, coll. "Plaidoyer". 144 pages. 180 g

ISBN 978-2-35120-042-1.

Prix 18EUR

Synopsis :

Le propos de Jean-François Vernay repose sur un constat : le développement des neurosciences qui est conduit depuis une vingtaine d’années valorise l’émotion et apporte de nouveaux éclairages sur l’espace sensible du cognitif. De l’espace émotionnel à l’espace littéraire, des ouvertures se créent. Alors, se profile un vaste chantier pour redonner à la littérature ses lettres de noblesse contemporaines. Retrouver le plaisir d’enseigner la littérature. Retrouver le plaisir d’apprendre la littérature. C’est l’instruction des lettres qui constitue un défi pour les années à venir.

Jean-François Vernay, jeune enseignant-chercheur, nous invite à lire son texte singulier, richement référencé via un corpus littéraire, philosophique et psychanalytique appartenant à la « tradition » du XXe siècle. Les arguments s’enchaînent pour provoquer un vif débat d’idées sur l’avenir de la littérature en ce début du XXIe siècle en France.

Mots clés :

Littérature, critique, psychanalyse, émotions, lecture, interprétation, philosophie, contexte, séduction, écriture, fabulation, vérité, cognition, neurosciences, jouissance esthétique, subjectivité, création, psyché, analyse psycholittéraire

SOMMAIRE :

Introduction

1. De la lecture et ses possibilités multiples

2. De l’ art de l’interprétation

3. De l’importance du contexte

4. Les atours et atouts de séduction de l’écrivain

5. La littérature et la psychanalyse en symbiose

6. De l’ art de la fabulation

7. De la mauvaise foi du roman

8. L ’impossible quête de vérité

9. L ’ analyse psycholittéraire : un voyage dans la psyché du créateur

Réhabiliter la subjectivité

Prendre en compte la jouissance esthétique

S’intéresser aux divers positionnements de la philosophie

Tirer les enseignements des théories de la psyché et intégrer les avancées des neurosciences

Prendre la mesure des affects dans l’interprétation, la conception et la réception de l’œuvre littéraire

Conclusion

EXTRAITS :

J’observe avec tristesse que de nos jours, « lire des poèmes et des romans ne conduit pas à réfléchir sur la condition humaine, sur l’individu et la société, l’amour et la haine, la joie et le désespoir, mais sur des notions critiques, traditionnelles ou modernes ». Cette manière aride d’ évoquer la littérature l’ a dépouillée d’ une sensibilité qui la réduit à de la matière verbale, ce qui pousse Tzvetan Todorov à déclarer, non sans contrition, que « le chemin dans lequel est engagé aujourd’hui l’enseignement littéraire […] pourra difficilement aboutir à un amour de la littérature » – un constat que tirent déjà de nombreux pédagogues de l’enseignement supérieur qui voient les bancs de l’université se vider dans les facultés de lettres.

Grâce aux avancées de la neurobiologie, la réhabilitation de l’affectivité qui est dans l’ère du temps depuis trois décennies donne lieu, selon le philosophe Michel Lacroix, à « une anthropologie nouvelle » qui envisage l’émotion « comme une alliée de la raison. Dans notre nature profonde, déclare-t-elle, nous sommes Homo sentiens autant qu’Homo sapiens ». Et pourtant, malgré ce véritable culte voué aux émotions, culte qui submerge la société contemporaine et permet à la mercatique de jouer sur la gamme de l’hyperémotivité, sans parler des thèses neuroscientifiques d’ Antonio Damasio pour qui « la capacité d’ exprimer et de ressentir des émotions est indispensable à la mise en oeuvre des comportements rationnels », aucune théorie littéraire n’a été pensée pour intégrer cette révolution. En fait, il semblerait presque que l’on croie les lecteurs frappés d’alexithymie – cette fameuse difficulté pathologique à exprimer des émotions. Il est vrai que l’ ancienne division bipartite du cerveau en hémisphère gauche, siège de la raison, de la logique, et hémisphère droit, réservoir des émotions, de l’intuition, n’a rien fait pour résoudre le divorce entre l’intellect et les affects, à telle enseigne que les émotions sont presque systématiquement reléguées au rang de l’infra-intellectuel. Mais, nous le verrons dans ce livre, la littérature se nourrit bien d’ émotivité et l’Homo sentiens qu’ est le lecteur ne saurait y être insensible. Peut-être faudrait-il se tourner vers une femme écrivain comme Christine Angot pour avoir cet aveu impudique d’une sincérité désarmante : « Dans la littérature c’est une partie du coeur qui s’en va sculpter le livre. Ça me fait pleurer parce que ça m’entame, même si ça me rend heureuse en même temps. Donc ma poitrine se met à gonfler et mes larmes coulent ». Et peut-être qu’à tout hasard l’on trouvera parmi son lectorat cet être exceptionnel, cet « homme émotionnel », qui partagera tant d’ émotions à la lecture de ses romans. Si tel est le cas, le plaidoyer de Michel Lacroix pour « une culture de l’ émotion-contemplation » n’ aura pas été vain.

Cet essai n’est pas une énième réflexion sur le fait littéraire et le statut de la fiction, ou sur la critique et la lecture en tant que pratiques socioculturelles et esthétiques. Sous des allures de manifeste, ce texte s’assigne pour mission l’audace de poser un nouveau regard sur la tradition littéraire en prenant acte des courants critiques qui ont vu le jour au cours du XXe siècle.

Cet ouvrage est disponible :

• en librairie et en ligne (voir lien infra)

Url de référence :

http://www.editions-complicites.com/

Adresse : 133 avenue Félix Faure, 75015 Paris.

Tel: 09 64 25 23 25

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article